Volume en double corps

Adossée au versant nord de la vallée du Viroin, cette demeure est implantée parallèlement aux courbes de niveaux afin de bénéficier de la meilleure exposition au soleil.

De disposition classique en double corps, elle déploie son robuste et profond volume sur deux niveaux. La façade, percée de trois travées, reflète l’absolue symétrie du plan intérieur où un couloir central distribue la circulation vers les pièces et partage le logis en deux zones égales. A l’arrière du logis, l’ampleur de l’édifice a autorisé l’établissement une rare étable sous fenil, accessible par le pignon droit. L’ensemble se glisse sous une haute bâtière d’ardoises à coyau. Le coyau correspond à la rupture de la pente du toit, dans sa partie basse, qui permet de rejeter les eaux de pluie loin de la maçonnerie.

En Calestienne, les constructions en pierre se sont imposées par l’omniprésence du calcaire en sous-sol. Datée de 1777 à l’entrée, cette habitation est bâtie exclusivement en calcaire, des moellons de la maçonnerie jusqu’aux montants harpés et linteaux bombés à clé des différentes fenêtres. Sa volumétrie et sa bâtière à coyau de même que certains détails architecturaux, comme la baie d’imposte à linteau échancré et clé millésimée, lui confère l’allure d’habitation plus cossue.

Texte et Photographies : Mark Rossignol

 

En pratique

Volume en double corps
1 Rue Roche Madoux
5670 Vierves-sur-Viroin

Calculer un itinéraire