Villa Horta "Haute Bise" - Propriété privée

Avec le développement du chemin de fer au 19e siècle, les touristes fortunés, noblesse et bourgeoise, ont la possibilité de se déplacer plus aisément.

En provenance d’Angleterre, ce penchant pour les voyages incite les strates de population les plus élevées à vouloir détenir une maison de villégiature. Comme dans la vallée de la Meuse mais dans une moindre mesure, la vallée de la Molignée voit se développer des maisons de campagne. S’apparentant aux demeures bourgeoises et cossues, ces dernières traduisent la volonté de la famille aisée d’afficher son statut social.

Sur les hauteurs de Sosoye, une élégante villa se dissimule dans le versant boisé de la vallée de la Molignée. Implantée dans un cadre rustique, cette maison de campagne souligne l’importance accordée par le propriétaire à la qualité de l’environnement naturel de sa demeure afin d’établir un indispensable dialogue avec la nature.

C’est l’architecte Victor Horta qui dessina les plans de cette maison de campagne en 1905 pour son ami et collaborateur Fernand Dubois, sculpteur et médailleur symboliste. Partageant le goût de l’esthétique des courbes et contre-courbes, ils ont notamment collaboré pour la décoration du salon de l’hôtel Tassel à Bruxelles, considéré comme le véritable premier édifice « Art nouveau ». Les maisons de campagnes réalisées par Victor Horta révèlent une facette méconnue du travail de l'architecte.

Lorsque ce dernier construit hors de l’habituel contexte urbain, son choix se porte sur les matériaux locaux. La mise en œuvre change également avec des finitions plus rustiques, déclinées sous forme de moellons plus ou moins équarris, plus ou moins réguliers. En contraste avec le faste des maisons de ville, la villa « Haute Bise » chuchote les caractéristiques de l’Art nouveau. Reflet de l’adaptation d’Horta au contexte rural, cette sobre construction, en moellons calcaires tout venant, est agrémentée d’une loggia ainsi que d’une terrasse s'ouvrant vers la nature et le panorama. La façade arrière manifeste un certain rythme dans l’agencement des ouvertures et s’anime de quelques courbes tandis que les grandes baies laissent pénétrer une abondante lumière. Sous la haute toiture d’ardoises gris bleu débordante, l’ensemble apparaît très monochrome comme un écho aux touches minérales dispersées dans le paysage.

Texte : Mark rossignol

 

En pratique

Villa Horta "Haute Bise" - Propriété privée
Rue du Chêne
5537 Sosoye

Calculer un itinéraire