Maison Pirenne

Blottie dans le haut du village, cette demeure cossue date du début du 18e siècle. Sa situation, à proximité immédiate de l’église et de l’ancien hôtel de ville, reflète les prétentions sociales du propriétaire et sa volonté d’être au plus près des symboles forts du pouvoir.

L’architecture du bâtiment et les références stylistiques en provenance de la ville illustrent l’aisance des occupants et leur réussite économique. On peut d’ailleurs y déceler plusieurs références au style « Louis XIII ». A cette époque les colombages disparaissent, suite aux risques importants d’incendie liés à la qualité des matériaux, au profit de bâtisses plus robustes, solidement ancrées au sol. Le style « Louis XIII » est caractérisé par une façade comptant deux ou trois étages séparés par un bandeau souvent orné d’une moulure simple. Celle-ci est également couronnée d’une corniche moulurée sous un toit découpé de lucarnes. Les jambages de pierre et le contraste des matériaux animent les bâtiments. Les fenêtres s'agrandissent pour gagner en verticalité et les meneaux de pierre, caractéristiques de l’architecture gothique, sont remplacés par des châssis de menuiserie. Recherches d'unité et de simplicité des lignes marquent le style « Louis XIII ».

Corniche en pierre moulurée, hautes fenêtres à croisée, baie d’imposte ovale et rectangles de pierre isolés au milieu des panneaux de briques participent à l’effet décoratif de la demeure. Cette volonté d’embellir les détails architecturaux traduit l’influence « Louis XIII ». De même, les perspectives géométriques des bandeaux et des baies, héritées des caractéristiques constructives traditionnelles régionales, s’enrichissent d’un jeu de décrochements des parements de pierres calcaires et de briques. Assises calcaires en ressaut du soubassement et des chaînages d’angle ainsi que les bandeaux horizontaux saillants assurent une intéressante mise en relief de l’ensemble. Enfin, la présence de segments calcaires, reliant porte d’entrée et piédroits de la croisée de l’étage, renforce l’élan vertical de la travée centrale, signalée par la porte à encadrement mouluré, surmontée d’une large baie d’imposte ovale.

Texte et Photographies : Mark Rossignol 

 

En pratique

Maison Pirenne
2 place de la Halle
4890 Clermont

Calculer un itinéraire