Habitation du 19e siècle - Fagne-Famenne

Cette habitation traditionnelle en pierres calcaires, réglées en façade, date du début du 19e siècle.

Contrairement à la majorité des habitations de Fagnolle, le logis est établi perpendi­culairement à la voirie. A l’arrière, l’ampleur de l’édifice a autorisé l’établissement d’une rare étable sous fenil dont l’accès a été rejeté au pignon droit pour des raisons pratiques dictées par le relief.

En façade, la bâtisse offre l’aspect d’un volume ramassé. Cette impression est renforcée par l’ample toiture aigue dont la surface dépasse celle de la maçonnerie. A l’inverse, le pignon droit débordant semble s’élancer vers le ciel. Couronné d’une sphère, ce pignon cristallise les pratiques d’autrefois destinées à assurer la protection de la maison, de ses habitants, du bétail ou des récoltes menacés par des éléments naturels comme la foudre mais aussi par toutes sortes de maléfices. Dans l’imaginaire de la société rurale d’antan, la sphère est également considérée comme un symbole solaire ou de fécondité. Tout aussi particulier, la structure en épis de pierre qui déborde du pignon à rue. Disposées perpendiculairement sur les rives du toit, ces pierres triangulaires consolident les versants et facilitent l’écoulement de l’eau tout en évitant le risque d’infiltration. 

L’habitation, de deux niveaux  sur caves, présente une façade percée de deux travées de fenêtres dont une est jumelée à la porte d’entrée. La texture de la maçonnerie est intéressante à plus d’un titre. D’une part, elle se compose d’assises de pierres calcaires de différentes dimensions, signe caractéristique de la taille artisanale de la pierre. D’autre part, au côté gauche, un œil averti décèlera les traces d’une ancienne extension aujourd’hui disparue. En effet, les pierres qui forment l’angle de la façade ont été sciées en deux, définissant un bord légèrement courbe et saillant, indice d’un mur jadis plus étendu. A la différence de la façade, le pignon droit est recouvert d’un ancien badigeon blanc. Ce témoignage rappelle qu’autrefois la plupart des bâtisses de nos villages étaient couvertes d’un badigeon protecteur. Mélange de chaux et d’eau, le badigeon offre une agréable homogénéité de volumes et masque les défauts des maçonneries. Il joue également un rôle dans la protection du parement contre l’humidité. 

Texte et Photographies : Mark Rossignol

 

En pratique

Habitation du 19e siècle - Fagne-Famenne
1 Rue du Quairiat
5600 Fagnolle

Calculer un itinéraire