Château de Mirwart (propriété privée)

Sis sur un promontoire rocheux dominant la vallée de la Lomme, son origine remonte à une forteresse bâtie au début du 11e siècle.Ce bâtiment fortifié a longtemps conservé une allure modeste.

Implanté quelque peu à l'écart du village, imposant château établi en forme de U ouvert à l'O., les angles gardés par quatre tours cylindriques, les flancs N. et S. marqués chacun par une construction semi-circulaire. A l'O. et à l'E., accès à la cour intérieure en terrasse et au château lui-même par des volées d'escalier aménagées au XIXe s. et bordées de balustrades en fonte. Trois ailes de deux niveaux en moellons de grès et calcaire, enduites sur la cour intérieure. Fenêtres du XIXe s. généralement à croisée. Façade principale E. de douze travées encore porteuse, par ancres, du millésime de construction : 1710. Bâtières d'ardoises à croupes et coyaux, percées, à la base, de fortes lucarnes calcaires du XIXe s. sous un rang de plus petites : dominant l'encadrement à linteau droit et sa corniche, panneau rectangulaire avec médaillon circulaire aveugle entre deux ailerons à volutes, soutenant un fronton courbe à coquille piqué d'un épi en fonte. Trois tours E. et N. semblables, de deux niveaux et demi, sous coiffe d'ardoises en forme de dôme à huit pans surmontée d'une sorte de niveau de guet sous girouette armoriée de la 2e moit. du XIXe s. (Desmanet d'Erquenne) ou initialée D.D. (Darrigard-Desmanet), les premières avec la devise «SPES NESCIA FALLI». Sur l'épi de faîtage N.O. encore, une petite girouette ajourée. Réinséré à la base de la tour N.O., un panneau calcaire avec blason couronné devenu illisible (XVIe s. ?). Tour S.O. plus haute, du XIXe s. dans sa physionomie actuelle, englobant à la base un contrefort d'angle de l'aile S. Sur le niveau supérieur strié de briques et de calcaire, haute flèche néo-baroque du XIXe s. en ardoises, pourvue d'une remarquable charpente de chêne et coiffée d'une rose des vents en fer forgé. Intérieurement, partiellement dégradés et à l'abandon, deux cages d'escalier N. et S., cette dernière à balustres de chêne tournés de la 1re moit. du XVIIIe s., un grand salon au centre de l'aile E. décoré de peintures murales du XVIIIe s. éventrées et masquées par un décor néo-Louis XV, une chapelle décorée au XIXe s. dans la construction semi-circulaire appliquée à l'aile N. Hautes caves voûtées attribuables généralement au XVIIIe s. mais paraissant localement conditionnées par une configuration plus ancienne : larges et voûtées en berceau ou voûtées d'arêtes avec doubleaux retombant sur piliers. Contre l'entrée de la terrasse et le pont qui y donne accès, et précédant les longues dépendances S. aménagées au XIXe s. en place d'anciennes, construction basse de plan carré sous coiffe d'ardoises en pavillon. XVIIIe s. Protégeant l'angle N.O. de la terrasse et répondant à un vestige conservé au N.E., large tour semi-circulaire de deux niveaux dite «tour de Dinant» : percées de tir surveillant les murailles et commandées, pour le niveau supérieur, par un local voûté jadis largement ouvert sur la terrasse. XVIe ou XVIIe s. (?). Haute toiture d'ardoises semiconique avec croupe et des lucarnes tardives. Annexe gauche également tardive. H.O. L.

Sources : Inventaire du Patirmoine Monumental de la Belgique

 

 

En pratique

Château de Mirwart (propriété privée)
1 Rue du Château
6870 Mirwart

Calculer un itinéraire