Brasserie banale

Ce bâtiment était autrefois la brasserie banale de Soiron. Le plus ancien brasseur cité est Collard de Soiron en 1354 et le dernier exploitant fut Henri Marquet en 1822.

Le matériel était réduit au strict nécessaire: une cuve métallique maçonnée sur un foyer, une cuve en bois à fond percé de trous et une cuve « refroidissoir ».  La force motrice était fournie par une roue dans laquelle courrait un chien. 

En 1405, les échevins établissent le « record » touchant la brassine banale:

 1- Le brassage à domicile n'est permis que pour un usage personnel

 2- Les revendeurs doivent s'approvisionner à la brassine banale: ils recevront 13 pots

     pour 12 et leur bénéfice est fixé à 2 deniers par pot.

 3- Chaque brassée doit être contrôlée par deux délégués de la commune qui en fixent

     le prix.

 4- Le Seigneur a droit à deux pots de bière par brassée et à deux tonnes par an, le

     curé a droit à un pot par brassée.

 5- L'on doit trouver en tout temps à la brassine de la bière froide ou chaude

 

En pratique

Brasserie banale
Soiron-centre
4861 Soiron

Calculer un itinéraire