Paysage et silhouette villageoise de Sosoye

Enchâssé dans un profond encaissement, le petit village de Sosoye s’épanouit dans un léger élargissement de la vallée où serpentent paresseusement les eaux de Molignée. Au nord, la « Montagne de Ranzinelle» domine de toute sa hauteur les bâtisses de Sosoye et offre un riche panorama sur le village. Au sud, le ruisseau de Biert incise vigoureusement le relief laissant pénétrer le soleil jusqu’au village qui bénéficie ainsi d’un meilleur ensoleillement.

Autre élément décisif dans le choix d’implantation, la présence d’un gué naturel, engendré par le dépôt de graviers et d’alluvions transportés par le cours d’eau affluent. La localisation particulière de Sosoye dans un creux de vallée a influencé le mode d’organisation de l’espace rural présent en Condroz. Basé sur une structure concentrique, il comprend habituellement un noyau d’habitat entouré d’une première auréole de prairies suivi d’une seconde auréole, destinée aux terres de cultures et, enfin, d’une dernière couronne affectée aux zones boisées. A Sosoye, les importantes contraintes morphologiques du site ont rejeté l’auréole de cultures sur les plateaux riches en limons, au de-là des versants escarpés et boisés de la vallée.

Le manque de terres arables disponibles à proximité du village nous éclaire également sur la rareté des dépendances agricoles présentes dans le village qui comprend un plus grand nombre de petites maisons d’ouvriers. Cette répartition de l’habitat témoigne d’une économie locale basée plus largement sur les métiers liés à aux carrières, à l’exploitation des forges et à la boissellerie que sur l’agriculture. Les contraintes physiques du site ont limité son développement pour conserver en grand partie sa configuration initiale où la majorité des habitations se sont étirées le long de la rue principale enveloppant l’ensemble formé par l’église, le presbytère et la grange aux dîmes.

L'habitat de Sosoye, aux volumes étroits et élancés, exhale également le Condroz par l’emploi presque exclusif du calcaire dans les matériaux de parement, caractéristique des villages condruziens de fond de vallée où cette pierre abonde. L’ardoise gris anthracite, tant naturelle qu’artificielle, couvre la majorité des toitures avec, de-ci de-là, de petites touches teintées par le rouge-orangé des tuiles. Cette harmonie chromatique, associée à l’homogénéité des masses bâties, apporte une réelle cohérence architecturale à l’ensemble du village. Par sa dimension réduite et l’utilisation des matériaux locaux, le village de Sosoye se fond délicatement dans le paysage naturel de la vallée de la Molignée.

© Texte et Photographies : Mark Rossignol

 

En pratique

Paysage et silhouette villageoise de Sosoye

5537 Sosoye

Calculer un itinéraire