Paysage et silhouette villageoise de Celles

Posées dans la vallée du ruisseau Saint-Hadelin, les hautes flèches de la splendide église romane et de l’ermitage structurent la silhouette paysagère de Celles. Au-delà de la couronne villageoise, le paysage cellois est marqué par les ondulations du plateau condrusien. Champs et prairies s’y succèdent, occupant les replats et les pentes douces tandis que la composante forestière couvre les versants raides.

Véritable pivot de la trame bâtie, l’église romane polarise le noyau villageois, composé de maisons jointives ou légèrement séparées par un maillage verdoyant. Depuis le centre ancien, l’habitat traditionnel se déploie le long d’un axe principal qui gravit une pente généreusement exposée au sud. Le hameau de Bel-Air, séparé du cœur historique par la route Dinant-Neufchâteau, dialogue naturellement avec la structure villageoise par son implantation souple en versant nord du ruisseau Saint-Hadelin.

Le village de Celles a préservé une grande partie de ses qualités architecturales au-delà d’un développement urbanistique récent, en décalage avec les spécificités locales. Allongée et peu profonde, la simplicité des habitations rappelle la volumétrie traditionnelle du Condroz. Elles s’élèvent généralement sur deux niveaux, voire deux niveaux et demi sous une bâtière à deux pans symétriques. À côté des bâtisses modestes, certaines habitations plus cossues s’amplifient davantage en profondeur, annonçant ainsi leur statut.

L’emploi quasi exclusif de la pierre calcaire et de l’ardoise, naturelle ou artificielle, comme matériaux de construction confère une grande cohérence à l’habitat traditionnel cellois. De rares bâtisses conservent néanmoins un pan-de-bois ou un badigeon de teinte blanche.

 © Texte et Photographies : Mark Rossignol

 

En pratique

Paysage et silhouette villageoise de Celles

5561 houyet

Calculer un itinéraire