Condroz - Ensemble paysager

Ceinturé au nord par le sillon Sambre-et-Meuse, l’ensemble paysager du Condroz correspond à un vaste plateau ondulé s’étirant de part et d’autre de la vallée de la Haute Meuse.

Paysage

L’érosion a sculpté le relief condruzien en vagues successives où alternent crêtes de grès relativement dur et dépressions calcaire plus tendre, conférant au Condroz la spécificité de sa trame naturelle. La couverture végétale accentue l’impact de cette topographie si particulière sur les paysages condruziens : pentes douces du relief consacrées aux labours, fonds de vallées couverts de prairies et sommets coiffés de massifs boisés.

Ce paysage rural caractéristique du Condroz appartient au modèle d’Openfield mixte. Ce mode d’organisation de l’espace rural désigne un paysage agraire ouvert, dédié de manière équivalente aux prairies et aux cultures non encloses. Basé sur une structure concentrique, il comprend un noyau d’habitat entouré d’une auréole d’herbages, suivie d’une seconde auréole destinée aux terres de cultures et, enfin, d’une dernière auréole affectée aux zones boisées. La géologie du Condroz nous apporte un éclairage complémentaire. Les bas de versants calcaires, aux sols maigres voire inexistants, accueillent les prairies ; les versants en pente douce, aux sols bien draînés et couverts de limons riches en éléments nutritifs, sont voués aux cultures et enfin, les crêtes de grès, qui se décomposent en sols sableux peu fertiles, reçoivent les bois.

Les villages condruziens, souvent posés en bas de versant ou légèrement en contre-bas des sommets, se caractérisent par un groupement dense de bâtisses qui s’étirent le long des crêtes. D’autres villages se forment sur les replats des vallées. L’implantation des bâtiments est assez variable et répond plus au souci d’offrir une bonne orientation à la maison qu’à un alignement dicté par la voirie. Si la mitoyenneté est présente, les villages n’en conservent pas moins une structure aérée au sein de laquelle apparaissent de nombreux espaces arborés. En dehors de ceux-ci, l’habitat est plus rare et représentés par de grosses fermes ou châteaux, au caractère patrimonial affirmé, dispersés dans le paysage.

Sources : FRW - CPDT

© Photographies : Mark rossignol

 

En pratique